Investir dans un nouvel équipement, c’est s’engager pour les 10 à 40 prochaines années. Voici donc une sélection de 3 pièges à considérer avant de vous lancer :

industry-old-shut

  1. Ne penser qu’au CAPEX

Parmi les critères de sélection de votre équipement, le prix est un facteur essentiel. Mais ne se baser que sur le prix d’achat biaise notre vision : en procédant à une analyse en coût complet (aussi appelée TCO ou LCC en anglais, respectivement pour Total Cost of Ownership et Life Cycle Cost), on réalise rapidement que le prix d’achat ne représente qu’une petite part de l’ensemble des frais que l’on sera amené à payer pour utiliser l’équipement au cours de sa vie.

Par exemple, acheter un transformateur électrique avec de meilleures performances nécessite un surinvestissement de près de 40%, mais ce surcoût est rentabilisé en moins de 2 ans grâce aux gains énergétiques. Le coût total sur la durée de vie du transformateur est quant à lui diminué de 30% !

Toutefois, il ne s’agît pas de minimiser autant que possible les OPEX. L’analyse en coût complet doit faire apparaître la solution qui offre le meilleur compromis CAPEX/OPEX sur la durée de vie prévue de votre équipement et vous permettre de limiter vos dépenses globales.

 

  1. Négliger les critères non financiers

Gain sur les besoins de maintenance, respect des réglementations assuré pour les années à venir, meilleure ergonomie, plus grande flexibilité d’opération, amélioration de la qualité etc. Les critères non financiers sont nombreux et ont tous un impact quotidien sur vos opérations. Ils doivent donc aussi être pris en compte lors de vos décisions d’investissement.

Si vous les valorisez économiquement, pensez également à les intégrer à votre analyse en coût complet, elle n’en sera que plus juste.

 

  1. Oublier vos besoins… ou vos ressources

Avant de se pencher sur l’achat d’un nouvel équipement, mieux vaut-il vérifier le potentiel disponible dans son usine : récupération de chaleur, saturation des capacités, désynchronisation des appels de puissance sont autant de moyens d’éviter de réaliser un investissement qui s’avérerait être inutile.

De même, un investissement doit refléter les besoins réels de l’usine. Les surdimensionnements excessifs mènent à des surinvestissements et pertes de productivité. Dans la mesure du possible, un équipement doit être choisi, certes pour pouvoir répondre à la demande de pointe, mais surtout pour pouvoir fonctionner à son rendement maximal le plus souvent possible. Ainsi le fonctionnement de l’usine n’est pas compromis, votre facture énergétique ou vos rendements s’en retrouvent améliorés et vos installations encourent une moindre usure.

Publicités