image article

Comme tout projet d’amélioration, pour améliorer sa performance énergétique il faut bien souvent livrer un combat contre les idées reçues ! Voici trois exemples d’idées reçues fréquemment rencontrées.

Idée reçue n°1 : Faire des économies d’énergie ça coûte cher !

C’est indéniable me direz-vous, changement rime avec investissement ! Si remplacer un équipement énergivore par un nouveau plus performant passe par un investissement, on le rappelle : il ne faut pas oublier l’approche en coût complet. En effet, l’investissement dans un moteur ou une chaudière vapeur par exemple ne représente qu’entre 2 et 6% du coût total sur la durée de vie de ces équipements. Le reste c’est le coût de l’énergie et de la maintenance et quand on sait que l’électricité augmente en moyenne de 3% par an depuis 2010 (Source : CRE), il est intéressant de bien réfléchir avant d’investir!

Mais c’est également faux. En effet, il est possible d’économiser de l’énergie très rapidement avec très peu d’investissement ! Supprimer les gaspillages (marche à vide des équipements, changement de consignes, chasse aux fuites, etc…) permet d’atteindre jusqu’à 10% d’économies sur un site industriel !

Idée reçue n°2 : Faire des économies d’énergie ça mobilise trop de ressources dans mes équipes !

C’est vrai, si l’on considère qu’un projet d’amélioration de sa performance énergétique n’est pas important et prioritaire. Définir une politique énergétique d’entreprise, faire évoluer les comportements et mettre en place des indicateurs nécessite de la formation, de la pédagogie et donc du temps. Mais l’énergie est souvent  le 3ème poste de dépense dans l’industrie après la matière première et les salaires! Il est plus facile de réduire de 10% à 30% sa consommation d’énergie que de réduire d’autant ses dépenses salariales ou de matières premières. L’énergie est un outil de compétitivité et en termes de communication, c’est peut-être le seul poste de réduction des coûts qui induit une communication positive. L’énergie mérite donc d’y consacrer du temps !

Idée reçue n°3 : Faire des économies c’est trop dur à évaluer !

C’est vrai, sans méthode une baisse ou une hausse de consommation d’énergie ne veut rien dire. Si j’ai diminué ma consommation d’énergie de 10% mais que dans le même temps, j’ai changé totalement mon rythme de production ou mon mix produit, cela n’a évidemment pas beaucoup de sens. Pour bien évaluer, il faut donc identifier toutes les variables d’influence, les mesurer (sans pour autant mettre des compteurs partout!) et construire un indicateur qui les prenne en compte. L’indicateur le plus courant en kWh par quantité produite n’est bien souvent pas suffisant ! On n’améliore que ce que l’on mesure et ce que l’on suit !

Ce qu’il faut retenir ! Améliorer, c’est faire accepter l’idée que l’état actuel puisse devenir meilleur grâce au changement. Aucun secret là-dessus, il faut des ressources et du temps pour convaincre et mettre en place les bonnes méthodes. Mais contrairement aux idées reçues, on peut améliorer sa performance énergétique avec très peu d’investissements ! Enfin, pour valider et valoriser les efforts consentis, il faut pouvoir évaluer les gains et cela nécessite des outils adaptés : il faut bien définir son indicateur!

Publicités