Lorsqu’un site industriel se lance dans une démarche de performance énergétique, il est important d’impliquer l’ensemble des collaborateurs du site pour assurer le succès de la démarche – y compris les employés travaillant dans les parties administratives des usines.

Mais comment les intégrer à la démarche quand leur marge de manœuvre est vue comme faible ou inexistante ? Voici quelques éléments, pouvant être appliqués aussi bien au bureau qu’à la maison pour impliquer tous ses collaborateurs.

Startup Stock Photos
Startup Stock Photos

Le chauffage concentre plus du tiers des consommations énergétiques d’un bâtiment de bureau (source). Il est donc important de le faire fonctionner au juste besoin. Pour aller au-delà de la limitation de la température de chauffage – rappelons-le, baisser la température d’une pièce de 1°C permet de diminuer la facture énergétique associée de 7% – quelques gestes simples peuvent être facilement adoptés pour limiter les consommations énergétiques, comme par exemple :

  • Baisser (ou arrêter si possible) le chauffage et la climatisation pendant les périodes d’absence, y compris les soirs et week-ends pour les bureaux,
  • Nettoyer régulièrement les bouches de ventilation et les radiateurs pour assurer leur fonctionnement optimal,
  • Définir des plages de températures neutres, où ni le chauffage ni la climatisation ne fonctionne.

 

Les appareils connectés aux prises électriques sont le deuxième poste de dépense énergétique d’un bâtiment tertiaire. Pour limiter leurs consommations on pourra :

  • Eteindre les appareils en veille comme les ordinateurs, les écrans ou les imprimantes. A la maison, on pourra également éteindre sa box internet lors des absences prolongées telles que les week-ends et les vacances. La consommation engendrée par les appareils électriques en veille en France représente la production d’une tranche de centrale nucléaire.
  • Eviter les impressions inutiles : une impression évitée c’est 100% de papier, 100% d’encre et 100% d’énergie économisés !
  • Débrancher les chargeurs qui, même lorsqu’ils ne sont pas utilisés, consomment de l’électricité

 

Enfin, le troisième poste de consommation énergétique est l’éclairage avec près d’un quart des consommations électriques d’un bâtiment tertiaire. Pour réduire son poids, il est possible de mettre en place des éclairages à haute efficacité, comme les LED. Mais il convient surtout de permettre le pilotage de l’éclairage et de donner la possibilité aux utilisateurs d’éteindre quelques ampoules et non l’ensemble du bureau. On privilégiera par ailleurs le pilotage de l’extension de la lumière, pour que l’allumage demeure une démarche volontaire.

 

Avec une campagne de sensibilisation et la mise en place de ces quelques gestes simples, chaque employé est impliqué dans la démarche globale de l’usine, et réalise des économies chez lui – une centaine d’euros par foyer – et sur le lieu de travail.

Publicités